mobile_au_musee_2.JPG
mobile_au_musee_3.jpg
mobile_au_musee_4.jpg
mobile_au_musee_5.jpg
mobile_au_musee_6.JPG
mobile_au_musee_7.jpg
mobile_au_musee_8.JPG
mobile_au_musee_9.JPG
mobile_au_musee_10.jpg


Parcelle de Chine dans la province du Guizhou

Les cérémonies officielles ont été comblées de succès lors des événements artistiques élaborés par des artistes en résidence pour le Printemps des Arts 2016 à Zunyi, et le Centre d'Art International de Tucheng qui vient d'être terminé est une admirable réalisation pour ce nouveau musée. Un éventail de grandes peintures sont maintenant présentes, tout comme les sculptures, dont le « losange mobile et terre rouge » qui fait dorénavant partie des réalisations permanentes.
En ce qui me concerne, la découverte de toutes ces richesses culturelles ainsi que ces nouvelles expériences et ces aventures lors de ce séjour en Chine se sont révélées être un mélange de rêves éveillés, de pensées et de sentiments, de questionnements, de contentements et de ravissements, de bienfaits, d'étonnements, de délices gustatifs et autre alter-réalités !
Visiter l'existence des sites et de l'eau mythique du Fleuve Rouge, c'est découvrir les cascades, la chute d’eau Chishui et le pays des bambous géants, les excursions de la mer du thé, l’immensité des caves du Moutaï, ce célèbre alcool blanc produit par fermentation à base de sorgho rouge.
C'est aussi mettre en relief des déambulations dans le village coloré de Meitan, au jardin des huit trigrammes de Tonchang ou à la cité des pierres du peuple Gelao, et s'imprégner de la musique et de la danse chez les Miao parés d'habits de couleurs, de gentillesses et de bienveillances, et où les passants sont invités à passer par dessus les braises des quatre points cardinaux pour célébrer le bonheur.
C'est également amplifier les perambulations du joyeux bourg de Tucheng, de ces vieilles rues aux lampions lumineux, à l'amabilité de ces habitants agrémentés d'entrains nonchalants mais rieurs et où leur travail, leur savoir faire et leurs dévotions n'a de comparable que les sourires brillants, espiègles et malicieux des enfants.
Ce petit morceau d'espace en dehors du temps sous le firmament restera désormais gravé dans ma mémoire, c'est la révélation d'une parcelle d'un pays aux multiples visages, c'est la magie d'un astre brillant sorti des entrailles des montagnes de la terre rouge et qui, abstraction faite de certains paradoxes, paraît s'inscrire et prospérer comme étant sans cesse renouvelé.
De retour à l'atelier, une pensée m'inspire dans ce domaine artistique :
« Si la Peinture s'applique plutôt dans l'ordre du mental et que la Sculpture s'adresse de préférence dans le domaine physique, la Terre, quand à elle, s'inscrit avant tout dans le royaume des sens … ! »

Pierre Jaggi – mai 2016