'' ZUNYI, une ville de sept millions d’habitants située au nord de la province du GUIZHOU - Elle-même située au sud-ouest de la Chine - a décidé d’inviter 50 artistes français à participer à un événement artistique ambitieux, d’envergure, dénommé PRINTEMPS DES ARTS 2016 A ZUNYI, dans les domaines de la peinture et de la sculpture.

Elle se propose de favoriser une nouvelle expression de sa fameuse histoire, de ses paysages d’exception, grâce à des artistes peintres et plasticiens venus d’ailleurs, inspirés par leur sensibilité propre.

Ainsi, c’est en misant sur cette énergie exceptionnelle produite par l’univers de l’art, que ZUNYI se propose de créer un lien supplémentaire entre l’Occident, la France et cette région chinoise si inspirante.

La perception directe des attraits de cette ville et de ses environs par ces artistes leur permettra d’en saisir et traduire tout le charme dans leurs œuvres originales. "

Le thème proposé : "Zunyi, une ville historique chinoise vue par des artistes étrangers"


Suite à cette résidence, voici une possible installation d'une série de sculptures mobiles à Tucheng :


Lors de mon séjour en Chine, j'ai dessiné un projet d'installation, composée de « bols » et de galets, installée sous forme de trigrammes, dans la lignée de mes nouvelles sculptures mobiles.

Aujourd'hui je vous adresse cette proposition et j'y joint la vidéo de deux petites maquettes avec des galets pour vous donnez un aperçu de l'idée du projet que je vous soumets.

Proposer une installation d'importance, à la fois minimaliste et dynamique, en lien avec les symboles du savoir et de la connaissance, dépouillée de tout surplus et de toutes fioritures, c'est célébrer l'essentiel et magnifier la présence d'éléments quotidiens qu'on trouve partout.

En découvrant ces grands « bols » ou « woks », des cuves de métal emplies de beaux galets provenant du Fleuve Rouge, oscillant légèrement, dans une mise en scène architecturale, naît un sentiment d'harmonie.

Réalisée en extérieur, cette installation en cercle de huit « woks » et de huit trigrammes gravés au sol s'intégrerait parfaitement sur une nouvelle place.

La force de cette œuvre est qu'elle peut se conjugueur de plusieurs façons, selon l'emplacement choisi et les souhaits des autorités locales.

On pourrait, par exemple, nommer « boucliers » mobiles, les grands « bols » et au centre, y inscrire la référence du Yin et du Yang.

Il serait aussi possible de disposer d'autres manières ces grands « woks », alignés, ou en cascade ou encore sur différents niveaux.

Le nombre de ces « woks » peut également évoluer selon l'emplacement choisi.

Une autre transformation de cette proposition d'origine pourrait représenter une étoile à cinq branches, et alors les éléments de cinq « woks » inscrits au sol figurerait le feu, le métal, le bois, la terre et l'eau, montrant ainsi un cycle sans cesse renouvelé.
Le diamètre de ces « woks » ronds en fonte de fer, peut varier entre 120 et 150 centimètres.

Si la dimension et le poids augmentent, le mouvement, quand à lui, ne change pas, il prend même plus de temps à s'arrêter car la force d'inertie s'amplifie.

PS : A Tucheng, j'ai fait un premier projet de dessin pour la mise en place d'une telle œuvre.

Il serait maintenant possible d'envisager une réalisation si les responsables chinois approuvent ce schéma et adhèrent à la construction de cette création. Auquel cas, je serais tout à fait prêt de retourner en Chine pour accomplir ce nouvel événement artistique...


Pierre Jaggi – Juillet 2016