Animé par une soif d'aventure, il s'embarque en pirogue et descend le fleuve Niger avec d'autres compagnons. Cette expérience aux confins de nos civilisations lui vaudra d'acquérir les notions d'essentiel et de relatif.

A l'âge de 20 ans il travaille sur un cargo à destination du Togo et continue son voyage à travers l'Afrique de l'ouest. Après un court passage en Suisse, il retourne en Afrique pour deux ans pendant lesquels il apprendra à modeler la terre et réalisera différentes fresques murales. Puis c'est la rencontre avec l'Amérique du Sud, les populations andines et leur histoire précolombienne, la traversée de l'Amazonie sur le fleuve Amazone. C'est la période de ses premières photos de voyage. Au Brésil, il fabrique des parures et des bijoux, et s'embarque depuis Rio comme équipier sur un voilier pour traverser l'Atlantique. Cette traversée de 45 jours à destination de Cap Town restera un événement marquant de son existence. De retour à Genève en 1982 il rencontre celle qui deviendra sa compagne. Avec elle, il naviguera dans la mouvance de l'école des Beaux-Arts, après être reparti en Afrique pour s'initier aux techniques traditionnelles de fonte à la cire perdue. A Bobo-Dioulasso il rencontre le maître fondeur qui lui transmettra son savoir. Avec des amis, il construit des cases en terre dans un village de brousse, et c'est là qu'ils animeront des stages de bronze en 1984 et 1985 pour des élèves de l'école des Beaux-Arts de Genève. Il retournera chaque hiver dans ce village africain pour approfondir ses connaissances de la fonte du bronze et poursuivre ses recherches plastiques. Il photographie aussi les autochtones lors des fêtes coutumières. Parallèlement, il présente ses premières sculptures en galerie à Genève.

En 1988, il part une année en Uruguay avec sa compagne Arlette, c'est là que naîtra leur fille Alizée. Il monte un atelier de fonderie et réalise plusieurs sculptures qu'il expose à Buenos-Aires, à Montevideo, et à Punta del Este. Il s'éprend des vieilles voitures qui sillonnent les routes d'Uruguay et achète une Ford A 1929 camionnette, à bord de laquelle il effectuera plus tard un reportage photographique. De retour en Europe, il s'établit en France avec sa famille, restaure une ancienne ferme, installe un atelier et exécute la sculpture "Corps et Graphie" inaugurée à Genève en mai 1991. Il expose dans différentes galeries de Suisse et de France. Son fils Valentin naît en 1994. En 1996 il retourne en Uruguay pour réaliser un reportage sur les "cachilas" (nom populaire donné aux anciennes voitures en Uruguay). Cette même année, il anime un stage de bronze lors des rencontres céramiques de la Borne. Il intègre d'autres matériaux dans ses sculptures, tel que le bois, le fer et la pierre, et travaille à nouveau la terre. Ses œuvres, de caractère anthropomorphe, tendent à l'épurement des lignes et des volumes et s'orientent vers la figuration stylisée et l'abstraction.

En 1998 il est lauréat du concours "An 2000" organisé par la commune du Gd-Saconnex à Genève, et expose à la galerie Shakan à Lausanne.

Inspiré par la nature, il présente ses premières installations extérieures lors des Ateliers Portes Ouvertes dans le Cher en 1999, et devient membre du Centre Céramique de la Borne.

En l'an 2000, il participe à la première Foire d'Art Contemporain de Bourges et expose à la galerie Voutat à Genève.

Début 2001, il repart en Uruguay afin de préparer la publication d'un livre de photos pour les éditions "Ides et Calendes", qui sortira en septembre de cette même année sous le nom de "Cachilas, une histoire de tacots en Uruguay.

En 2002, il expose à la galerie Diorama à Genève, à la galerie Shakan à Lausanne, à la Foire d'Art Contemporain de Bourges, et crée l'installation Nord / Sud sur l'Esplanade Montbenon à Lausanne. Parallèlement, il prend la présidence de l’association Artipousse qui anime des ateliers d’arts plastiques en milieu rural dans le département du Cher.

En 2003, il devient membre de l'association des Sculpteurs de Genève, il est Lauréat du concours de la revue Accrochage, et expose à l'espace Beaujon à Paris, invité par la Mairie du 8ème Arrondissement.

En 2004, il expose en tant qu’artiste invité au Centre de Création Céramique de La Borne sur le thème du galet, et présente à la troisième Foire d'Art Contemporain l’œuvre « Triptyque » qui sera acquise par la ville de Bourges.

En 2005, mandaté par la ville d’Onex, il réalise « Rencontre », une intervention artistique sur un séquoia du parc Brot à Genève, sculpture de laquelle sera extraite un plateau qui deviendra table à palabre pour les habitants du quartier, place du 150ème.

En 2006, il monte une exposition personnelle à la galerie de la Ferme de la Chapelle à Genève, puis inaugure l’œuvre Triptyque lors de la 3ème Biennale d’Art Contemporain de Bourges, il participe ensuite à la Quadriennale de Lancy à Genève ainsi qu’à la 8ème édition de Quid Novi ? à Gaillard, et présente son travail à la galerie Simple à Gstaad.

En 2007, il fait partie des lauréats du Concours 1% Artistique du Collège d'Isneauville à Rouen et y présente le projet « Grandir », ensuite il expose à la Galerie du Théatre Mac-Nab à Vierzon où la ville acquiert la sculpture « Colosse », puis participe à la manifestation « L’art dans tous ses états » à Limay où il réalise une Intervention in situ sur des marronniers, expose au Palais des Nations Unies à Genève et inaugure une Sculpture Signalétique Murale qu’il a réalisé pour le Complexe Sportif de Belleville-sur-Loire, dans le cadre d’un appel d’offre.

En 2008, il participe aux Rencontres des Arts de Mers-sur-Indre, ainsi qu’au 17ème Concours International de Sculpture sur Glace à Valloire.

En 2009, il est invité au workshop de l’International Snow and Ice Sculptures à Hovden en Norvège, participe à l’exposition « Poids plume » à la galerie de la Ferme de la Chapelle à Genève, puis réalise un poisson pour la manifestation « O’Fish Parade » qui se déroule dans le cadre du Festival de Loire à Orléans, et présente une de ses nouvelles sculptures pour la 11ème édition de Quid Novi ? à Gaillard.